Amandine GIRAUD

2018 - La gardienne de la paix Amandine Giraud disparait dans les eaux tumultueuses de la Seine au cours d'un entrainement de la brigade fluviale à Paris.
Vendredi 5 Janvier 2018. Alors que la tempête Eleanor s'est abattue sur la France, la brigade fluviale de la Préfecture de police de Paris effectue un entrainement de plongée dans la Seine en crue ; un exercice effectué communément avec la brigade des sapeurs-pompiers de Paris à hauteur de l'île de la Cité.

Vers 10h50, alors qu'elle tente de plonger dans les eaux troubles et tumultueuses du fleuve la gardienne de la paix Amandine Giraud disparait. Les recherches entreprises sur un rayon de sept kilomètres pour sonder le fleuve restent vaines. Son corps n'est retrouvé que le 29 Avril, près du Pont des Arts.

Originaire de Nice, Amandine "Mandy" Giraud était affectée à la brigade fluviale depuis le 1er septembre 2016 et venait d'obtenir son habilitation à la plongée sous-marine. Pour cette jeune femme décrite comme joyeuse, curieuse, très appliquée et persévérante, il s'agissait d'un aboutissement rêvé depuis sa formation à l'école de police de Nîmes.

Cette unité spécialisée de la police nationale compte une centaine d’agents titulaires très expérimentés natation, plongée, secourisme et maitrisant la réglementation fluviale. Une fois en poste, les recrues, qui sont affectées comme stagiaires pendant un an, doivent ensuite s’astreindre à des entraînements quotidiens en eaux vives.

Leur mission prioritaire leur vaut d’être parfois surnommés les « Saint-Bernard de la Seine » : à toute heure du jour ou de la nuit, la « fluv » porte secours aux personnes en danger dans la Seine. A bord d’un de ses quatorze bateaux, qui vont du simple canot au puissant remorqueur de 22 m, elle assiste les navires en difficulté, ou sanctionne les délits. Un sonar bifréquence lui permet de rechercher des épaves ou des objets au fond de la Seine.

La médaille de la sécurité intérieure échelon or et la médaille d’honneur de la Police Nationale ont été décernées à Amandine Giraud. Elle est également nommée au grade de Capitaine de Police à titre posthume.

Sources :
Var-Matin du 10/05/2018, "L'adieu déchirant à Amandine, 27 ans, policière au grand coeur"
Le Parisien du 08/01/2018, "Une enquête ouverte après la disparition de la policière dans la Seine"

Liens similaires