dimanche 19 avril 1970

Guy ANDRE

1970 - Le gardien de la paix Guy André est abattu de manière préméditée par un malfaiteur désireux de se venger d'une arrestation. Il était père de 3 enfants.

Si vous êtes un proche de la victime merci de me contacter.
Dimanche 19 Avril 1970. Le gardien de la paix Guy André, affecté au corps urbain de la Roche-sur-Yon (Vendée) est de faction devant la préfecture.

La nuit est tombée lorsqu'un coup de feu claque dans sa direction. Atteint d'une balle qui le blesse très grièvement à l'abdomen, il succombe dès le lendemain matin au centre hospitalier de cette même ville. Les raisons de ce crime restent alors mystérieuses.

Le mardi suivant, une femme se présente au commissariat pour signaler que son frère ne donne aucun signe de vie à son domicile, lequel est fermé à clefs et inaccessible. Rendus sur place, les policiers aperçoivent depuis une fenêtre un corps inanimé dans la pièce principale. Bernard Villay s'est suicidé au moyen d'une carabine 22 long rifle d'une balle dans le coeur et laissait une lettre expliquant être l'auteur du coup de feu mortel.

Connu très défavorablement des services de police, Villay s'estimait persécuté dès lors qu'un délit était commis en ville. Il en gardait de ses dires une rancune tenace contre la police jusqu'à ce qu'il décide de commette le meurtre "au hasard" du gardien de la paix André. Le rapport balistique établit le lien entre la carabine et le projectile ayant tué le policier avec certitude.


Sources :
Le Monde, article du 21/04/1970, "Un sous-brigadier de police est tué d'un coup de feu à La Roche sur Yon"
Le Monde, article du 23/04/1970, "Le meurtrier du sous-brigadier André s'est donné la mort le lendemain de son crime" 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser votre nom ou un pseudonyme pour faciliter les échanges.