Jean-Claude FOURDAN

Crédit photo : Françoise Fourdan, tous droits réservés
1972 - Le gardien de la paix motocycliste Jean-Claude Fourdan
est victime d'un accident mortel de la circulation.

Avec l'aimable autorisation de son épouse.
Dimanche 2 Janvier 1972. Le gardien de la paix Jean-Claude Fourdan quitte le commissariat de Villefranche-sur-Saône (Rhône) vers 20h pour regagner son domicile à Quincieux lorsqu'il est victime d'un grave accident de la circulation. Transporté à l'hôpital Édouard Herriot dans un état grave, il devait décédé trois jours plus tard des suites de ses blessures. Il avait vingt-huit ans.

Originaire du Morbihan, il était marié à Françoise et père de deux enfants. Surnommé affectueusement "le mousse", Jean-Claude Fourdan avait effectivement naviguer sur plusieurs chalutiers, jusque sur les bans de Terre-Neuve avant d'entrer dans l'administration en Septembre 1965.

Il devenait motard de la police nationale au sein de la Compagnie républicaine de sécurité N° 46, basée à Sainte-Foy-lès-Lyon, puis intégrait le corps urbain lyonnais toujours en qualité de motard à la Croix-Rousse. Il était muté à sa demande au corps urbain de Villefranche depuis le mois de Juin 1971, période où le jeune couple était déjà frappé d'un deuil cruel avec la perte de leur fille âgée d'un an. 

Décrit comme un policier plein d'allant, d'une grande gentillesse, il repose désormais à Quincieux.

Sources :
Entretien avec Françoise Fourdan.

Liens similaires