Raymond MAZEL

1979 - L'inspecteur Raymond Mazel est victime d'une chute lors d'une manifestation illégale anarchiste à la foire de Marseille.

Si vous êtes un proche de la victime, merci de me contacter.
Samedi 31 Mars 1979. Une manifestation illégale se produit dans l'enceinte de la foire internationale de Marseille (Bouches-du-Rhône). Une dizaine d'individus se réclamant du "Comité de lutte des objecteurs de conscience", fédération anarchiste, se sont hissés sur le toit en amiante-ciment du stand des armées, d'où ils lancent des tracts sur la foule en scandant des slogans antimilitaristes.

Des policiers en service au poste de la Foire reçoivent pour instructions de les déloger. Un inspecteur de police de la sûreté urbaine gagne alors le toit mais une partie de celui-ci finit par céder sous l'excès de poids. Il chute de plusieurs mètres, victime d'un grave traumatisme crânien.

Mardi 17 Avril 1979. L'inspecteur de police Raymond Mazel, quarante-huit ans, hospitalisé dans un état de coma, meurt sur son lit d'hôpital des suites de ses graves blessures.

La dizaine d'individus interpellée au cours de la manifestation est poursuivie pour des infractions au code du service national relatif à l'objection de conscience et à l'insoumission. Le parquet de Marseille ouvre une information judiciaire contre X pour blessures involontaires ayant entrainées la mort d'un agent de la force publique. (suites judiciaires ignorées).

L'année suivante, une mystérieuse "Cellule Ordre et Justice nouvelle et des Amis de Raymond Mazel" commet une série d'attentats à l'explosif contre plusieurs sites anarchistes, dont l'imprimerie de "L'Encre Noire" et un foyer.

Sources :
Le Monde du 18/04/1979, "Mort d'un policier blessé lors d'une manifestation"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser votre nom ou un pseudonyme pour faciliter les échanges.

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.