Jean-Claude NEXON | CSP HERBLAY (95)

1979 - Le gardien de la paix Jean-Claude Nexon
est fauché volontairement par le conducteur d'un
véhicule volé qu'il tente d'immobiliser.

Si vous êtes un proche de la victime,
merci de me contacter.
Samedi 2 Juin 1979. Le conducteur d'une Citroën DS noire roulant à très vive allure est sur le point d'atteindre un point de contrôle routier mis en place par trois gardiens de la paix sur la route de Conflans, commune d'Herblay (Val d'oise). Voyant que l'individu n'a aucunement l'intention de s'arrêter, le gardien de la paix Jean-Claude Nexon se porte sur la voie, arme au poing, et l'enjoint de se ranger sur le côté.

Mais le conducteur accélère de plus belle et se déporte volontairement pour faucher le policier. Après l'avoir renversé et trainé sur une trentaine de mètres, le malfaiteur prenait la fuite. L'enquête révèle aussitôt que le véhicule est volé et d'importants moyens sont mis en place pour le retrouver.

Vendredi 29 Juin 1979. L'enquête aboutie à l'interpellation de Pierre Dorkel, dix neuf ans, originaire d'un camp de nomades yéniches sédentarisés près de Pontoise. Il est inculpé de violences et voies de faits sur agent de la force publique ayant entrainé la mort, et aussitôt écroué à la maison d'arrêt de Fleury Mérogis (Essonne). Le véhicule volé est retrouvé, et la compagne du malfaiteur est également interpellée pour recel. Âgée de quinze ans, elle est conduite au quartier des mineurs de la prison de Versailles (Yvelines). (suites judiciaires ignorées)


Sources :
Le Monde du 05/06/1979, "Un gardien de la paix tué par un chauffard"
Le Monde du 03/07/1979, "L'auteur présumé du meurtre d'un gardien de la paix écroué"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser votre nom ou un pseudonyme pour faciliter les échanges.

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.