mercredi 3 décembre 1980

Roland LINCK

1980 - L'inspecteur divisionnaire Roland Linck est tué par un tir ami déclenché accidentellement au cours de l'interpellation de trois malfaiteurs à Paris.

Si vous êtes un proche de la victime, merci de me contacter.
Mercredi 3 Décembre 1980. Trois malfaiteurs viennent de commettre un vol à main armée au préjudice d'une société de récupération des métaux à Bobigny (Seine-Saint-Denis), et regagnent la banlieue sud à bord de deux voitures avec un butin de 60.000 francs. Ils ne se doutent pas que deux équipes de policiers constitués de membres de la Brigade de recherche et d'intervention et de l'Office central pour la répression du banditisme les suivent discrètement.

Vers 12h10, ces derniers décident de procéder à leurs interpellations alors qu'ils se stationnent face au 177 de l'Avenue Vercingétorix dans le 14ème arrondissement de Paris.

L'un des suspects prend rapidement la fuite, mais il est rattrapé sans incident quelques instants plus tard. Il s'agit de Gabriel Vernier, trente-cinq ans. Ses deux complices se montrent quant à eux beaucoup plus virulents.

L'un d'eux, Marc Laimé, vingt-huit ans, dégoupille une grenade offensive qu'il laisse rouler au sol. Un inspecteur à le courage de la saisir et l'envoyer au dessus d'un mur SNCF, vers une voie déserte. Cependant le système de mise à feu est défectueux et n'explose pas.

Le troisième malfaiteur, Marc Fillali, trente ans, refuse catégoriquement d'être menotté et se débat vivement. Dans la bousculade, un coup de feu accidentel provenant de l'arme de l'un des inspecteurs part. Le projectile atteint au foie très grièvement un membre de la BRI, l'inspecteur divisionnaire Roland Linck, quarante-six ans, et le même projectile blesse à la jambe l'inspecteur Jean-Marc Maury, trente-six ans.

Immédiatement dirigé par le SAMU vers l'hôpital Boucicaut, Roland Linck décède moins de deux heures après le drame d'une blessure rendue inopérable. Originaire de Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne), Roland Linck était un membre très apprécié de l'antigang. Il était marié et père de deux enfants.

15 Décembre 1983. La cour d'assises de Paris condamne les trois gangsters, tous récidivistes, à des peines de huit à dix ans de prison pour "vol qualifié, association de malfaiteurs, détention et transport d'armes". 

Sources :
Journal télévisé du 03/12/1980 (voir à 20mn30)
Mémoires du commissaire Robert Broussard - Broché
Le Monde du 05/12/1980, "Un inspecteur divisionnaire de l'antigang tué accidentellement par un collègue"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser votre nom ou un pseudonyme pour faciliter les échanges.