Jacques LAGAUCHE

1982 - Le gardien de la paix Lagauche est abattu sur un point-école par un malfaiteur surpris en train de menacer un taxi.

Si vous êtes un proche de la victime, merci de me contacter.
Mardi 23 mars 1982. Le gardien de la paix Jacques Lagauche, quarante-quatre ans, se trouve sur un point-école à la proximité immédiate du Collège Les Martinets à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine). Il aide les enfants à traverser l'Avenue de la République lorsqu'il est directement sollicité par un chauffeur de taxi visiblement apeuré.

Ce dernier n'a pas vraiment le temps d'expliquer la situation : le passager arrière tire aussitôt avec une arme de poing en direction du policier. Le malfaiteur, Bernard Durbec, trente ans, venait de menacer de mort le chauffeur s'il ne lui remettait pas son fond de caisse journalier. Il prenait la fuite après son méfait.

Durbec est interpellé moins d'un quart d'heure plus tard sur les bords de Seine, où il tentait de se dissimuler. Les enquêteurs découvrent que ce multi récidiviste sortait tout juste d'une section psychiatrique de prison avec l'approbation d'un collège d'experts médicaux.

Jeudi 8 Avril 1982. Touché très grièvement au foie et à l'estomac, le policier transporté à l'hôpital Ambroise-Paré à Boulogne-Billancourt meurt de sa blessure rendue inopérable. Il était marié et père de quatre enfants. La place où le policier est décédé porte désormais le nom du "Square Jacques Lagauche". (suites judiciaires ignorées)

Sources :
Journal officiel du 10/04/1982, page 1082, "Citation à l'ordre de la nation"
Le Monde du 10/04/1982, "Mme Badinter s'engage à demander des peines plus sévères contre les meurtriers de policiers"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser votre nom ou un pseudonyme pour faciliter les échanges.

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.