Jacques DEGUILHEM

1983 - Le gardien de la paix Jacques Deguilhem est fauché accidentellement alors qu'il poursuit deux malfaiteurs surpris en flagrant délit de vol à Toulouse.
Jeudi 14 Juillet 1983. Un équipage de police-secours est sollicité par un couple de personnes venant d'être agressées par deux individus dans le centre ville de Toulouse (Haute-Garonne). Pris en charge dans le fourgon, les policiers relèvent le signalement des auteurs et effectuent une ronde pour tenter de les retrouver. Quelques instants plus tard, deux jeunes hommes se présentent de leur propre fait au fourgon pour demander un renseignement, à savoir comment se rendre à l'hôpital militaire Larrey où ils viennent d'être affectés.

Les plaignants toujours présents reconnaissent immédiatement leurs agresseurs et inversement. Ces derniers prennent aussitôt la fuite, suivi de près par les policiers. Malheureusement pendant la poursuite à pieds, l'un des gardiens de la paix est fauché accidentellement par un véhicule. Souffrant d'un grave traumatisme crânien, le policier meurt des suites de ses blessures. Il s'agit du gardien de la paix Jacques Deguilhem.

L'enquête rapidement diligentée permet de retrouver les deux individus, identifiés au moyen du registre d'entrée et sortie du poste de garde de l'hôpital. La mort du policier n'a pu leur être directement imputée. (suites judiciaires inconnues)

Si vous êtes un proche de la victime, si vous détenez des informations susceptibles d'améliorer la qualité de ce récit, merci de prendre contact avec moi.

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.