Georges ZITOUNI, Gilles MORILLON et Serge TROUVE

Les gardiens de la paix Georges Zitouni, Gilles Morillon et Serge Trouvé sont fauchés par
un automobiliste ivre alors qu'ils sécurisent les lieux d'un accident très grave près de Nantes.

Si vous êtes un proche des victimes, merci de me contacter.
Samedi 12 Mai 1984. Un individu en état d'ivresse au volant de son véhicule Citroën CX se dispute vigoureusement avec son épouse alors qu'il s'engage sur la route de Pornic à hauteur de Rezé (Loire Atlantique). Or c'est précisément sur cet axe qu'un accident grave vient d'avoir lieu. Un dispositif policier se trouve en protection des sapeurs pompiers opérant sur un véhicule gravement accidenté.

Certains des intervenants, en entendant la Citroën CX arriver, comprennent qu'un sur-accident va se produire et tentent de sauter par dessus la rambarde de sécurité. Cinq policiers et un pompier sont percutés à près de 140 km/h . On relève trois morts : le brigadier-chef Georges Zitouni, cinquante-et-un ans, originaire d'Afrique du Nord, marié et père d'un enfant ; le gardien de la paix Gilles Morillon, trente-sept ans, originaire de Cholet (Maine-et-Loir), marié et père de deux enfants ; et le gardien de la paix Serge Trouvé, quarante-deux ans, originaire de Messac (Ille-et-Vilaine), marié et père de famille. Le gardien de la paix Roland Crochet est très grièvement blessé mais survivra.

18 Septembre 1984. Le tribunal correctionnel de Nantes condamne le conducteur aux chefs d'homicides involontaires et blessures involontaires, conduite en état d'ivresse à deux ans de prison dont un an ferme ainsi qu'au versement de 80.000 francs à titre de dommages et intérêts à verser aux familles des victimes.

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.