Gérard TOULON

Portrait paru sur Le Parisien du 12/10/1984
1984 - Le brigadier-chef Gérard Toulon est tué alors qu'il est sur le point d'interpeller de dangereux braqueurs de banque. Marié, il avait 47 ans et était père de 2 enfants.

Si vous êtes un proche de la victime, merci de me contacter.
Vendredi 27 Juillet 1984. Des malfaiteurs lourdement armés attaquent le siège de la Progeral, une société de transports de fonds sise à la Millière dans le 11ème arrondissement de Marseille (Bouches du Rhône). Raflant un butin de 47.500 francs, ils prennent la fuite à bord d'un véhicule Peugeot 204 bleu signalé volé. Espérant sûrement se dissimuler dans la foule, les malfrats se rendent discrètement sur le parking du Grand Casino de La Valentine.

Vers 15h30, moins d'une heure après leur méfait, des policiers expérimentés les surprennent sur le parking. Mais une fusillade nourrie éclate dans laquelle un passant est indirectement blessé. Armé d'un Ruger 357 magnum, Jean-Pierre Bucher atteint mortellement à trois reprises le brigadier-chef Gérard Toulon et blesse grièvement le gardien de la paix François Lirola, atteint par deux projectiles.

Acculé, et sur le point d'être arrêté par une autre patrouille venue en renfort, Bucher tente de se suicider en se tirant une balle dans la tête, mais n'y parviendra pas et sera atteint d'une paralysie faciale.

Le brigadier-chef Toulon avait quarante-sept ans, il était marié et père de deux enfants.

Identifié grâce à l'analyse de ses empreintes digitales, les enquêteurs découvrent que Jean-Pierre Bucher est un détenu permissionnaire en cavale. Condamné à vingt ans de prison en 1973 pour les meurtres du mari d'une femme dont il était l'amant, puis d'un gendarme venu l'interpeller, il bénéficiait des nouvelles réformes judiciaires et de fait d'une libération conditionnelle à la moitié de sa peine en Mai 1983. Profitant de l'aubaine, il ne réintégrait pas le centre de détention de Muret.

En Juillet 1984, il persuade Patrick Marmande, vingt-six ans, de commettre avec lui le braquage de la Progeral. Un complice employé de l'entreprise, Michel Llovet, vingt ans, lui avait alors fourni une série de renseignements.

6 Novembre 1987. Bucher est condamné à la réclusion criminelle dite à perpétuité ; peine assortie d'une mesure de sûreté de... dix-huit ans. Marmande écope de quinze ans et Llovet, de six ans.

Sources:
Archives Le Monde du 31/07/1984, "Un policier tué à Marseille"

Liens similaires