Jean-Daniel FAUCHEZ

1986 - Le gardien de la paix Jean-Daniel
Fauchez trouve la mort alors qu'il poursuit
un véhicule suspect.

Page réalisée avec l'aimable autorisation
et participation de son épouse Thérèse.
Dimanche 24 Août 1986. Un équipage de la Compagnie départementale d'intervention de Seine-Saint-Denis patrouille sur la commune d'Aulnay-sous-bois lorsque le conducteur d'un véhicule à forte cylindrée franchit un feu rouge fixe et lui refuse de fait la priorité.

Les policiers décident de procéder à son contrôle mais le conducteur refuse d'obtempérer et la poursuite du suspect s'engage à travers la ville en direction du Val d'Oise.

Déterminé à s'enfuir, le malfaiteur prend tous les risques et circule à une vitesse vertigineuse. Vers 18h00, un drame se produit sur la commune de Gonesse : ce dernier utilise son véhicule pour sortir de la route les policiers qui tiennent la distance.

Le conducteur du véhicule d'intervention en perd le contrôle et celui-ci effectue plusieurs tonneaux. De la carcasse, on retire le corps meurtri du gardien de la paix Jean-Daniel Fauchez, quarante-deux ans. Tombé dans un coma irréversible, le policier meurt à l'hôpital de Gonesse le 30 Août 1986.

Le malfaiteur ne sera jamais retrouvé.

Jeudi 4 Septembre 1986. Le gardien de la paix Jean-Daniel Fauchez est inhumé dans son village natal à Eclaron (Haute-Marne). Affecté depuis treize ans à la CDI 93, au sein de la 2ème compagnie, il est décrit comme quelqu'un d'affable, exemplaire et de tenue irréprochable. Il était marié à Thérèse Lantenois et père de trois enfants. Nommé brigadier de police à titre posthume, il reçoit la médaille d'honneur de la police nationale.

Sources :
Entretien avec Thérèse Lantenois

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser votre nom ou un pseudonyme pour faciliter les échanges.

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.