Roger LATASA

Crédit photo: Mickaël P., PAF Hendaye
1987 - Le gardien de la paix Roger Latasa est tué près d'Hendaye au cours de l'interpellation de deux membres de l'organisation clandestine armée Iparretarrak. Âgé de 37 ans, il était marié et père de trois enfants.

Page réalisée avec l'aimable autorisation de sa famille.
Dans la nuit du samedi au dimanche 21 Juin 1987, un barrage de police établi par cinq agents de la  police de l'air et des frontières basée à Hendaye (Pyrénées-Atlantiques) est mis en place à hauteur de gare de La Négresse à Biarritz.

Les contrôles se succèdent jusqu'à ce que le conducteur d'une Renault 4 venant d'Arbonne s'arrête à un stop. Il est 23h00. Les deux occupants sont tenus de se soumettre au contrôle ordonné par des gestes réglementaires mais le conducteur refuse d'obtempérer. Aussitôt, deux policiers qui se trouvaient en position d'attente à bord de leur Renault 18 se lancent à leur poursuite.

Ils rattrapent sans peine la R4 qui s'est engagée sur un chemin non goudronné de la commune d'Anglet, près de l'étang de Brindos. Mais elle se retrouve bloquée sur un passage de chemin de fer et cale. Les policiers placent leur R18 devant la R4 pour la coincer encore davantage. Le chauffeur est interpellé sur le champ, il s'agit de l'activiste basque Pierre Bidart alias "Betti", trente-et-un ans. Il est le frère de Philippe Bidart, alors considéré comme le chef de l'organisation clandestine armée Ipparetarrak.

Iparretarrak (IK) -ceux du nord en langue basque- est une organisation aux méthodes terroristes qui lutte pour l'autonomie du Pays basque depuis 1973. Elle refuse de voir l'identité basque devenir une "identité de supermarché" et leur société basculer vers la spéculation immobilière, la "touristification" et l'agriculture intensive. IK intensifie ses actions dans les années 1980, en utilisant les explosifs et les armes contre les symboles de l’état français. En 1982, deux CRS étaient assassinés, attentat non revendiqué mais attribué à IK.

Le passager de la Renault 4 est une jeune femme de vingt-six ans, activiste basque également, évadée de la prison de Pau depuis décembre 1986 : Marie-France Heguy alias "Maddi". Maddi s'enfuit à pied sur la voie ferrée avec un sac contenant un pistolet 9mn et des faux documents d'identité. Elle est rattrapée par le gardien de la paix Roger Latasa. Ce dernier l'escorte menottée jusqu'au siège arrière de la R18.

L'impensable se produit à 23h14 : un train en provenance d'Irun arrive à plus de 80 km/h et frappe de plein fouet la R4 et surtout la R18 qui se trouve pour moitié sur la voie ferrée. La partie avant de la R18 est projetée sur le côté droit de la voie ferrée à plus de 300m du point d'impact, avec le policier. Le train emporte sur plus de 200m la partie arrière de la voiture où se trouvait la militante basque. On retrouve son corps désarticulé, toujours menotté et partiellement calciné dans la carcasse du véhicule.

25 juin 1987. Le parquet de Paris ouvre une information judiciaire à l'encontre de Pierre Bidart, le dossier IK est instruit par le juge Michel Legrand. Bidart est inculpé de "transport d'armes et de munitions, recel de malfaiteur et associations de malfaiteurs, infraction en relation avec une entreprise individuelle ou collective ayant pour but de troubler l'ordre public par l'intimidation ou la terreur".

Sources
Journal télévisé du 22/06/1987 - 3ème minute
Encyclopédie du terrorisme international de Thierry Vareilles (p. 351)
Ballades en Pays Basque, publication du 21/06/2010
Le Monde du 28/06/1987, "Un sympathisant du groupe IK écroué"
Le Monde du 23/06/1987, "Deux morts au cours de l'arrestation d'un nationaliste basque"

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.