lundi 3 septembre 1990

Christophe LARCHER

1990 - Le gardien de la paix Christophe Larcher est abattu par un individu à l'origine d'une importante rixe suivie de dégradations près d'un établissement de nuit. Il avait 31 ans.

Ses obsèques officielles ont lieu à Melun. Il est entré dans l'administration en 1982, après sept années passées au service de l'Armée. Domicilié à Vert-Saint-Denis (Seine-et-Marne), il était marié à Martine et père de trois enfants : Gérgory, Karine et Jérémy.
Lundi 3 Septembre 1990. Une bagarre éclate vers 2h20 devant la discothèque "L'équinoxe" située la Nationale 6 à Melun (Seine-et-Marne). Les policiers sont appelés pour ramener le calme comme cela s'était déjà produit la veille dans une rixe qui avait fait neuf blessés.

Mais cette fois-ci, l'individu qui cause du trouble est revenu armé d'un fusil de chasse. Information capitale que n'ont pas les policiers. L'individu se met à tirer dans la devanture de la discothèque, les réverbères et les enseignes lumineuses de la rue.

Un premier équipage de deux policiers en tenues uniformes arrive sur les lieux à bord d'une Peugeot 305 Break. Il se stationne dans la pénombre des lumières éclatées, alors que le calme semble revenu. Mais le tireur a fait fuir du monde, et il s'approche du véhicule intervenant, dissimulant son arme sous son manteau. Il s'approche sereinement du véhicule de police comme pour demander un renseignement. Soudain, il exhibe le fusil de chasse et tire à deux reprises. Une exécution.

Le premier coup de feu perfore l'aile gauche de la Peugeot. Le conducteur se couche par réflexe. Mais le second coup, tiré à bout portant, atteint mortellement la poitrine du gardien de la paix Christophe Larcher qui n'a eut que le temps de saisir son pistolet.

Un second véhicule de police arrive sur les lieux, il est accueilli de la même façon. Un policier est blessé au visage. L'individu finit par prendre la fuite à travers les champs entourant la discothèque, laissant sur place les policiers en état de choc.

L'enquête est confiée au Service régional de la police judiciaire de Versailles qui identifie rapidement le tireur : Jean-Pierre Albino, trente ans, alcoolique, bien connu des services de police pour des faits de violences. Il est interpellé le jour-même à son domicile et a reconnu les faits. Il n'aurait pas supporté d'avoir été refoulé de la discothèque.

Mercredi 5 Septembre 1990. Albino est placé sous mandat de dépôt à Fleury-Mérogis et inculpé d'homicide volontaire et tentatives d'homicides volontaires".

Mardi 31 Mars 1992. La cour d'assises de Seine-et-Marne condamne Jean-Pierre Albino à dix-huit ans de réclusion criminelle. Représentés par deux avocats, sa peine assortie d'une période de sûreté de treize ans. Albino ressortira libre de prison au minimum de sa peine.


Sources :
Journal officiel n°207 du 7 septembre 1990, "Citation à l'ordre de la nation"
Le Monde, article du 08/09/1990, "Inculpation du meurtrier présumé d'un policier tué à Melun"
Le Monde, article du 04/09/1990, "A Melun, un gardien de la paix tué par balles"
Police et Sécurité Magazine, "Entretien avec Martine Larcher"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser votre nom ou un pseudonyme pour faciliter les échanges.