Didier ORTEGA

1991 - Le brigadier Didier Ortega est victime d'une crise cardiaque alors qu'il tente de porter à secours à une personne en péril dans les eaux glaciales du Rhône à Lyon.

Si vous êtes un proche de la victime, merci de me contacter.
Dimanche 27 Octobre 1991. Des riverains signalent la présence d'une sexagénaire suicidaire sur le point d'enjamber le pont Galliéni dans le 2ème arrondissement de Lyon (Rhône). Il est 9h30, lorsque celle-ci est repérée par deux gardiens de la paix de la Compagnie de circulation alors qu'elle se débat dans les eaux tumultueuses et glaciales du Rhône.

Sans aucune hésitation, les deux policiers se portent aussitôt à son secours à la nage et luttent plusieurs minutes contre les courants violents, en vain. Alors qu'ils regagnent les berges, le brigadier de police Didier Ortega, quarante-sept ans, est pris d'un malaise cardiaque. Il tombe dans un coma irréversible et meurt à l'Hôpital Édouard Herriot le lendemain matin.

Les plongeurs de la 1ère compagnie de sapeurs-pompiers ont pu procéder au sauvetage de la personne suicidaire trois cents mètres plus en aval.

Vendredi 1er Novembre 1991. Les obsèques officielles du brigadier Didier Ortega ont lieu à l'hôtel de police de Lyon. Entré dans la police en 1970, il était marié et père de deux jeunes femmes. Effectuant toute sa carrière à Lyon, depuis sa sortie de l'école de police de Sens (Yonne), il a d'abord rejoint la 1ère compagnie territoriale avant d'obtenir un poste au centre régional de l'information et de la coordination routière de 1972 à 1989. Il obtenait le grade de brigadier de police et devait rejoindre la compagnie de circulation. Cité à l'ordre de la nation, il est nommé Officier de paix à titre posthume et repose désormais au cimetière de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme) d'où il était originaire.

Sources :
Journal officiel n°259 du 6 novembre 1991, "Citation à l'ordre de la nation"
Archives microfilm du Progrès, Octobre-Novembre 1991.

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.