Bernard VANIER

1991 - Le brigadier Bernard Vanier est abattu par un individu armé retranché dans son domicile. Il avait 42 ans.

Si vous êtes un proche de la victime,
merci de me contacter.
Dimanche 17 Novembre 1991. Un équipage de police-secours du commissariat de Saint-Louis (Haut-Rhin) est sollicité par un résident de la commune voisine d'Huningue pour un tapage interminable provenant du domicile du voisin domicilié au rez-de-chaussée de l'immeuble. Il est environ 6h du matin.

Lorsque les policiers se présentent en bas du bâtiment, ils remarquent l'individu à l'origine des nuisances, appuyé à la fenêtre de son appartement. Il s'agit de Gilbert Scharly, trente-sept ans, individu aux lourds antécédents psychiatriques aggravés par la consommation de produits stupéfiants.

Alors qu'un dialogue s'est amorcé, ce dernier saisit un fusil de chasse qu'il a à portée de main et fait feu à plusieurs reprises en direction des policiers. Il atteint mortellement à la poitrine le brigadier de police Bernard Vanier, célibataire, quarante-deux ans.

Le quartier est aussitôt bouclé par des renforts de police tandis que le Groupe d'intervention de la police nationale de Strasbourg prépare son intervention. Vers 10h45, Scharly se montre toujours menaçant et refuse catégoriquement de se rendre.

L'assaut est lancé au moyen de grenades assourdissantes qui permettent l'interpellation du forcené. Blessé par une grenade au talon, il est transporté sous bonne escorte à l’hôpital sous le régime de la garde à vue. (Suites judiciaires ignorées)

Sources :
JORF n°51 du 29 février 1992 page 309, "Décret portant nomination à titre exceptionnel"
Le Monde, article du 19/11/1991, "Dans le Haut-Rhin, un brigadier tué par un forcené"
Journal télévisé du 17/11/1991 (reportage à 15mn20)

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.