Serge BROWN

1994 - Le gardien de la paix Serge Brown est abattu par dangereux malfaiteur surpris en flagrant délit de trafic de stupéfiants à Cayenne. Marié et père de cinq enfants, il avait 35 ans.

Si vous êtes un proche de la victime, merci de me contacter.
Jeudi 22 Décembre 1994. Une opération de contrôle d'identité se déroule dans le quartier insalubre de La Crique, à Cayenne (Guyane française). Surpris en flagrant délit de trafic de stupéfiants par une patrouille de policiers, un suspect prend la fuite : il s'agit d'Emile Frazer, trente-deux ans.

Alors que ce dernier est rattrapé par un policier, une lutte éclate dans laquelle le malfaiteur parvient à lui subtiliser son arme de service. Il tire et blesse mortellement à bout portant le gardien de la paix Serge Brown, trente-cinq ans, marié et père de cinq enfants. Le meurtrier est ensuite maitrisé par les autres policiers intervenants.
 
Écroué à la prison de Cayenne puis transféré à celle de Ducos en Martinique en Mars 1995 dans l'attente de son jugement, Frazer parvient à s'échapper en Août 1997 au cours d'un match de football organisé en milieu libre...
Lundi 15 Décembre 1997. Frazer est capturé dans le cadre d'un trafic de stupéfiants à Castries (Sainte-Lucie). Condamné par contumace à la prison dite à perpétuité par la cour d'assises de Guyane pour le meurtre du policier guyanais, il est extradé en Mars 1998 afin de purger sa peine. (suites ignorées)

Sources :
Journal officiel n°299 du 27 décembre 1994 page 18454, "Citation à l'ordre de la nation"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser votre nom ou un pseudonyme pour faciliter les échanges.

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.