Jean-Marie VALADE

1995 - Le gardien de la paix Jean-Marie Valade est victime d'un accident de la circulation alors que son équipage progresse rapidement vers une agression en cours près de Bordeaux.

Âgé de 43 ans, il était père de trois enfants. Entré dans la police nationale en 1977, d'abord à Créteil, puis à Saint-Maur dans le Val-de-Marne, il obtenait une mutation à Bordeaux en 1985. Affecté dans un premier temps à la compagnie de roulement, ce policier, estimé par tous ses collègues et au professionnalisme unanimement reconnu, s'était porté volontaire en 1992 pour la brigade anti criminalité lors de s création.

Si vous êtes un proche de la victime,
merci de me contacter.
Vendredi 3 Mars 1995. Une agression en train de se commettre dans un centre commercial du quartier de La Bastide à Bordeaux (Gironde) est signalée à Police-Secours. Montés dans une Peugeot 309 banalisée, trois policiers de la brigade anti-criminalité se rapprochent rapidement des lieux, gyrophare en action et sirènes hurlantes.

Vers 19h20, un accident d'une rare violence se produit à l'intersection des rues Joseph-Pujol et Libourne. Le conducteur d'un véhicule BMW surgit à la gauche du véhicule de police et refuse la priorité. Le choc est si puissant que le véhicule de police fait un bond sur lui-même et se retrouve encastré dans une maison individuelle.

Le feu gagne rapidement la 309 alors que deux policiers se trouvent toujours incarcérés : il s'agit des gardiens de la paix Bruno Margueritte, quarante-et-un ans, en position de chauffeur, et Jean-Marie Valade, quarante-trois ans, chef de bord. Un troisième équipier, Jean-Marc Riggio, trente-neuf ans, a littéralement été éjecté du véhicule au moment de la collision.

Transportés dans un état grave vers le centre hospitalier de Pellegrin avec de multiples fractures, contusions et graves brûlures, l'état de santé de deux policiers demeure très préoccupant. Le conducteur de la BMW est plus légèrement blessé. L'agression s'avèrera finalement être un vol à l'étalage commis en réunion dans un magasin de vêtements.

Mercredi 8 Mars 1995. Le gardien de la paix Jean-Marie Valade décède des suites de ses blessures au service des grands brûlés à Bordeaux. Son état de santé s'était aggravé du fait d'un traumatisme crânien important. Il était père de trois jeunes filles âgées de 15, 9 et 8 ans.

Mercredi 19 Juillet 1995. Le gardien de la paix Bruno Margueritte, désormais hors de danger, est transféré dans un centre de rééducation, à la tour de Gassies. Animé d'une grande motivation, il devait cependant franchir de nombreuses étapes avant de remarcher à nouveau.

Sources :
Sud-Ouest, article du 19/07/1995, "Bruno Margueritte hors de danger"
Sud-Ouest, article du 11/03/1995, "L'adieu à Jean-Marie Valade"
Sud-Ouest, article du 09/03/1995, "L'un des policiers bordelais est décédé"
Sud-Ouest, article du 05/03/1995, "Deux policiers dans un état inquiétant"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser votre nom ou un pseudonyme pour faciliter les échanges.

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.