dimanche 18 janvier 1998

Jacques TRABUCHET

1998 - Le gardien de la paix Jacques Trabuchet chute d'un véhicule d'intervention dans lequel il tente de maitriser un individu interpellé. Il était marié et père de deux enfants.
Dimanche 18 Janvier 1998. Un équipage Police-Secours intervient Rue Henri Martin à Boulogne sur Mer (Pas-de-Calais) pour prendre en charge un homme en état d'ivresse qui trouble copieusement l'ordre public. Les policiers le transportent difficilement avec leur fourgon jusqu'au commissariat local, lequel se trouve à moins d'un kilomètre du lieu de l'intervention.

Alors que le véhicule est en marche, l'ivrogne se débat vigoureusement. Vers 19h00, un drame se produit à l'arrière du fourgon. Dans la lutte, le gardien de la paix Jacques Trabuchet est projeté contre les portes arrières du véhicule, lesquelles s'ouvrent.

Le policier chute inexorablement sur la voie de circulation. Gravement blessé à la tête, il est transporté au centre hospitalier de Lille, mais il ne se réveillera jamais du coma dans lequel il est tombé, et s'éteint le 22 janvier de la même année.

Le gardien de la paix Jacques Trabuchet avait quarante-neuf ans, il était marié et père de deux garçons, Jean-Philippe et Nicolas. Né le 1er Juillet 1948 à Ambleteuse (Pas de Calais), il entre dans la Police Nationale en 1969 en intégrant le centre de formation de Sens (Yonne). Affecté successivement à la CRS N°2 de Vaucresson (Hauts de Seine), la CRS N°11 de lambersart (Nord) puis la CRS N°16 de St-Omer (Pas de Calais), il rejoint finalement la Circonscription de Boulogne-Sur-Mer (Pas de Calais).

Après 29 ans de services civils et militaires, il est nommé brigadier-major à titre posthume et élevé au grade de Chevalier de la Légion d'Honneur, et cité à l'ordre de la Nation. L'un de ses fils est aujourd'hui gardien de la paix.

Sources :
Entretien avec son fils Nicolas Trabuchet.
JORF n°29 du 4 février 1998 page 1805, "Citation à l'ordre de la nation"
JORF n°104 du 5 mai 1998 page 6815, "Décret portant nomination à titre exceptionnel"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser votre nom ou un pseudonyme pour faciliter les échanges.