Gilles ROCHE

2001 - Le gardien de la paix Gilles Roche est abattu dans le véhicule de police qu'il conduit lors d'un contrôle routier. Âgé de vingt-neuf ans, il était marié et père de trois enfants.
Lundi 7 Mai 2001. Deux policiers du commissariat d'Evreux (Eure) remarquent une BMW roulant à très vive allure sur la Rue de Lattre de Tassigny. Interceptée à hauteur d'un feu tricolore, les policiers s'arrêtent à la droite du véhicule.

Le gardien de la paix Gilles Roche, vingt-neuf ans, qui conduit le véhicule de police, baisse sa vitre et fait une remarque au contrevenant. Ce dernier
saisit alors une arme se trouvant à proximité immédiate et tire à bout portant sur les policiers toujours assis dans leur Peugeot 306 break. Gilles Roche est atteint mortellement par trois projectiles et s'écroule sur son équipier.

Blessé à la cuisse, le gardien de la paix Roger Deboges, cinquante ans, riposte néanmoins en vidant son barillet de six cartouches. Le malfaiteur prend aussitôt la fuite, mais il est rapidement identifié. Il s'agit Olivier Aubert, quarante-huit ans, un ancien légionnaire domicilié sur la commune de Gravigny. Il est interpellé le matin même à son domicile. Sur place, les enquêteurs découvrent l'arme du crime : un pistolet automatique 11,43 de marque canadienne. Plusieurs armes de gros calibre, et des centaines de munitions qu'il fabriquait lui-même sont également appréhendées. Aubert remet aussitôt des aveux circonstanciés.

Jeudi 10 Mai 2001. En détention provisoire à la prison du Bois d'Arcy, Olivier Aubert se suicide dans sa cellule le jour même des obsèques de sa victime. Ce suicide déclenche une polémique qui rendra d'autant plus difficile le travail de deuil de la famille.

Le gardien de la paix Gilles Roche, vingt-neuf ans, était marié à Catherine et père d'une petite Hélèna, 4 ans. Il attendait la venue au monde de jumeaux. Entré dans la police en Août 1990 en qualité de policier auxiliaire à Garches (Hauts-de-Seine), il rejoint l'école de police de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine). Affecté en Août 1992 à Mantes-la-Jolie (Yvelines), il y était sérieusement blessé lors d'une interpellation en Avril 1994 : il tentait d'interpeller une équipe de malfrats auteurs de vol de carburants dans une station service de Gargenville. Trainé sur plus de 300m, il venait d'échapper de justesse à la mort. Muté le 1er février 1995 au commissariat de Louviers (Eure), il rejoignait à sa demande le 1er septembre 1999 la circonscription d'Evreux (Eure).

Le gardien de la paix Gilles Roche est nommé Lieutenant de police à titre posthume, il est cité à l'ordre de la nation et reçoit la médaille d'honneur ainsi que la médaille d'or pour actes de bravoure et de dévouement. Il est également élevé au grade de chevalier de la légion d'honneur.

Le gardien de la paix Roger Deboges est nommé Brigadier-major honoraire et élevé au grade de chevalier de la légion d'honneur. Il venait d'accomplir alors 31 ans de services civils et militaires.


Sources:
JORF n°113 du 16 mai 2001 page 7831, "Citation à l'ordre de la nation"
JORF n°266 du 15 novembre 2002 page 18843, texte n° 5, "Décret portant nomination et promotion"
Journal télévisé du 07/05/2001 (à 6mn30)
Discours de Daniel Vaillant 10/05/2001
TF1 News du 09/05/2001, "Evreux : le suspect avoue le meurtre du policier"
Le Parisien du 09/05/2001, "Nous sommes tombés sur des tueurs sans le savoir"
Le Parisien du 11/05/2001, "L'hommage des policiers à leur collègue" 
Libération du 11/05/2001, "Le meurtrier du policier d'Evreux se pend"
Le Nouvel Obs du 11/05/2001, "Décès du tueur présumé du policier" 

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.