Christophe COUSIN

2002 - Le gardien de la paix Christophe Cousin est percuté par le conducteur d'un véhicule à l'origine d'un rodéo automobile.

Originaire de Maubeuge, il vivait maritalement et venait d'être jeune père de famille. Entré dans la police en 1994, il était affecté au commissariat de Maubeuge depuis 2002 au Groupe d'appui opérationnel de proximité.

Auparavant il était en poste au Service de Protection et de Surveillance du Métropolitain à Paris, puis en Police Secours à Roubaix. Son père est lui aussi policier ; adjoint du chef de l’unité d'ordre public et de sécurité routière au commissariat de Maubeuge. Il est nommé lieutenant de police à titre posthume et cité à l'ordre de la nation.

Si vous êtes un proche de la victime,
merci de me contacter.
Jeudi 2 Mai 2002. Les résidents du quartier "Sous-le-Bois" à Maubeuge (Nord) signalent qu'une Renault 21 montée par un ou plusieurs individus circule à très vive allure en prenant des risques inconsidérés.

Vers 22h15, un équipage de police composé de quatre gardiens de la paix montés à bord d'une Renault Laguna Break atteint le carrefour de la Place de l'Industrie. Alors que le véhicule de police circule normalement sur sa voie, la R21 turbo surgit sur leur gauche et leur refuse la priorité.

Le choc est d'une violence inouïe et le véhicule administratif fait plusieurs embardées avant de s'encastrer dans un mur en bordure de chaussée. En position de chauffeur, le gardien de la paix Christophe Cousin, vingt-huit ans, éjecté lors du choc, est retrouvé très grièvement blessé. Il ne s'en relèvera pas. Plus chanceux, le conducteur de la R21 également blessé se nomme Saïd Aït-Didi, dix-huit ans. Dépourvu de permis de conduire, il préfère prendre la fuite.

Alors mêmes que les services de secours arrivent sur les lieux, ils constatent que plusieurs individus de la cité avoisinante sont venus en nombre pour dévaliser les effets personnels des policiers agonisants ! Un appel anonyme amènera les enquêteurs à la découverte de sacs, blousons et cartes de police volés aux intervenants à plus d'un kilomètre des lieux de l'accident.

Mai 2004. Saïd Aït-Didi écope de trente mois de prison dont quinze avec sursis ; peine confirmée en appel. La volonté délibérée de percuter le véhicule de police n'a pas été retenue.


Sources :
JORF n°160 du 11 juillet 2002 page 11863, texte n° 23, "Citation à l'ordre de la nation"
La voix du Nord, article du 05/05/2012, "Dix ans après, le souvenir toujours présent du policier"
Libération, article du 11/05/2002, "Jour de colère policière à Maubeuge"
Le Parisien, article du 04/05/2002, "L'accident qui révolte les policiers"

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.