Hubert PARIS, Florent NIEL & Cyril FARRE

2003 - Trois gardiens de la paix de Levallois-Perret meurent en tentant d'intercepter des malfaiteurs à l'origine de vols à la portière dans les Hauts-de-Seine.
Lundi 17 Mars 2003. Un important dispositif d'interpellation est mis en place sur la commune de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) pour mettre fin à une série de vols à la portière commis par des malfaiteurs très organisés, montés sur de puissantes motos ; vols commis avec une extrême violence à l'encontre de femmes seules au volant.

Vers 21h30, les malfaiteurs sont identifiés alors qu'ils effectuent un vol avec violences contre la conductrice d'une Audi. Montés sur un scooter gris Yamaha 500 T-Max et une Fazer 600 bleue, ils prennent des risques très importants pour distancer les policiers.

Disposant de quelques éléments d'informations sur les auteurs en fuite, la brigade anti-criminalité de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), composée d'un brigadier et de trois gardiens de la paix décide de prêter main forte.

Leur Peugeot 306 banalisée est engagée à vive allure sur le quai de Clichy. A hauteur de la rue Fournier, les policiers remarquent un scooter monté par deux individus surgir brusquement des berges par une voie interdite d'accès.

Le chauffeur de la 306 effectue une manœuvre mais le comportement de la voiture est inattendu. Elle part latéralement en glissade et finit sa course contre un arbre. Dès lors, le véhicule d'intervention gravement accidenté s'embrase avec ses occupants toujours incarcérés.

Un violent brasier dont seul le gardien de la paix Stéphane Montoya s'échappe grâce à l'intervention de témoins, et non sans de lourdes séquelles physiques et psychologiques. Les trois autres policiers meurent dans des circonstances inexprimables sous les yeux de leurs collègues et de riverains. Il s'agit du brigadier Hubert Paris, et des gardiens de la paix Florent Niel et Cyril Farré.

Le scooter à l'origine de l'accident est un véhicule volé à un livreur de pizzas le soir même près de Clichy, sans lien avec les voleurs à la portière de Neuilly. Il est retrouvé abandonné à quelques centaines de mètres de l'accident et fait l'objet de mesures conservatoires.

L'enquête est confiée à l'antenne de la police judiciaire de Nanterre. Deux mois plus tard, deux mineurs sont identifiés et mis en examen pour "vol en réunion, homicides involontaires et blessures involontaires avec incapacité supérieure à 3 mois suivis ou accompagnés d'un délit de fuite et de non-respect de la priorité".

Jeudi 28 Juillet 2005. Le tribunal pour enfants de Nanterre condamne le conducteur du cyclomoteur volé à six mois de prison dont deux fermes et une contravention de 100 euros.

La peine de prison ferme étant couverte par la détention provisoire, le mineur repartait donc reparti libre du tribunal. Le passager est condamné à huit jours de prison avec sursis mais restait en détention provisoire dans le cadre d'autres affaires.

En 2010, une stèle est érigée à l'endroit du drame, quai de Clichy.

Source et références:
Article "l'inacceptable, l'insoutenable"
de
Gilles Alexandre, beau-père d'Hubert Paris.

Le Nouvel Obs, article du 30/07/2005
"Policiers tués en 2003: prison pour deux mineurs"

La Dépêche du Midi, article du 19/03/2003
"Au commissariat de Levallois, c'est le choc et l'émotion"
Originaire de l'Aube, le brigadier Hubert Paris, trente-deux ans, était marié à Angélique et père de deux enfants : Pauline et Bastien.

Entré dans la police à l'âge de 20 ans, il avait été affecté à son arrivée dans les Hauts-de-Seine à la brigade de jour du commissariat de Courbevoie. Après s'être aguerri en tant que gardien de la paix, Hubert Paris avait obtenu le grade de brigadier en septembre 2002. Dans le même laps de temps, il prenait ses nouvelles fonctions au sein de la BAC de Levallois.
Originaire de l’Ille-et-Vilaine, le gardien de la paix Florent Niel, trente ans, était marié et père de deux enfants en bas âge dont un bébé de trois mois.

Entré dans la police en 1996, il obtient une première affectation au commissariat de Levallois. Désireux de retourner vivre dans l'ouest de la France avec sa famille, il avait récemment demandé sa mutation pour le commissariat de Nantes, en Loire-Atlantique.
Originaire de Haute-Garonne, le gardien de la paix Cyril Farré, vingt-six ans, intègre la 166ème promotion de l'école nationale de police de Nîmes en 1999 et obtient son affectation dans la boucle nord des Hauts-de-Seine.

Décrit comme quelqu'un qui aimait l'action, il avait souhaité tout de suite travailler dans un secteur considéré comme difficile. Domicilié à Asnières, ce célibataire passionné de moto était apprécié pour son grand sens de l'humour. Il venait d'obtenir sa place à la brigade anti criminalité de Levallois depuis le mois de septembre 2002.

Liens similaires