Jérôme VAN VAERENBERG

2004 - L'Adjoint de sécurité Jérôme Van Vaerenberg est tué alors qu'il tente d'intercepter un véhicule en fuite près de Troyes. Âgé de 27 ans, il était marié.

Si vous êtes un proche de la victime,
merci de me contacter.
Jeudi 28 Octobre 2004. Trois policiers affectés au commissariat de Troyes (Aube) identifient formellement au volant de son véhicule un individu interpellé la veille pour conduite sans permis. Il est 9h30.

Les policiers veulent procéder à son contrôle mais ce dernier n'obtempère pas à leurs injonctions et prend la fuite. Depuis le 12 Mars 2004, la conduite sans permis est effectivement un délit puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende.

A bord de leur Renault Scénic, les policiers entament une rude poursuite dans les rues de la ville, puis jusque dans le nord-ouest, en rase campagne sur une dizaine de kilomètres. A l'approche d'un virage, le véhicule du malfrat se déporte volontairement contre le véhicule de police. Un accident irrémédiable se produit.

L'adjoint de sécurité Jérôme Van Vaerenberg, passager à l'arrière du Renault Scenic, est éjecté de l'habitacle et retrouvé très grièvement blessé. Les services de secours le transportent jusqu'au centre hospitalier de Troyes. Mais son décès est déclaré à l'arrivée aux urgences. Il avait vingt-sept ans et laisse une veuve. Il est nommé gardien de la paix à titre posthume.

1er Juin 2007. La cour d'assises de Haute-Marne condamne le meurtrier à douze ans d'emprisonnement, lequel comparaissait déjà écroué. (identité du mis en cause non révélée)

Sources :
Journal officiel n°259 du 6 novembre 2004 page 18785, texte n° 50, "Citation à l'ordre de la nation"
AFP, article du 02/06/2007, "Policier tué lors d'une course poursuite, 12 ans de prison pour le chauffard"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser votre nom ou un pseudonyme pour faciliter les échanges.

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.