lundi 5 juin 2006

Jean-Luc DUCOUT & Manuel MANDARD

2006 - Deux policiers détachés à la sécurité
civile de Pau, et un pilote meurent dans un
accident d'hélicoptère lors d'une opération
de secours en montagne.
Lundi 5 Juin 2006. Dragon 64, l'hélicoptère de la Sécurité Civile de Pau s'abîme avec son équipage sur les flancs de l'Astazou (Hautes-Pyrénées). Trois membres du personnel de bord périssent : le pilote Didier Favre-Rochex, Jean-Luc Ducout, responsable mécanicien, et le gardien de la paix Manuel Mandard. Le gardien de la paix Julien Passeron est le seul rescapé du drame, très grièvement blessé.

Le Commandant de bord Didier Favre-Rochex, recruté en janvier 2004 en qualité de pilote d'hélicoptère de la sécurité civile, totalisait plus de 4.000 heures comme pilote de l'Aviation Légère de l'Armée de Terre dont près de 1.000 en vol de nuit.

Il avait été décoré de la Croix de Guerre des Théâtres des opérations extérieures et de la Croix de la valeur militaire qui comptent parmi les hautes distinctions des armées. Pilote qualifié montagne, il avait effectué plusieurs centaines d'heures de vol depuis son recrutement au groupement hélicoptère de la sécurité civile, tant sur EC 145 que sur Alouette 3. Affecté au groupement d'hélicoptères de la base de sécurité civile de Nîmes, ses qualités professionnelles l'avaient désigné comme pilote de renfort en montagne auprès de la base de sécurité civile de Pau.

Le lieutenant de police Jean-Luc Ducout était membre l'Aviation Légère de l'Armée de Terre. Recruté à la sécurité civile en 1995 en qualité de mécanicien opérateur de bord, il a servi à la satisfaction de tous aux Bases du Havre, de Lorient puis de Pau où il était affecté depuis juillet 2004. Il totalisait plus de 2 000 heures de vol. Ses qualités professionnelles de premier ordre lui avaient permis d'être nommé en 2004 responsable mécanicien. Sa compétence et son inlassable activité au service des autres lui avaient valu de nombreuses citations et témoignages de satisfaction. Il est nommé Commissaire de police à titre posthume.

Le gardien de la paix Manuel Mandard avait vingt-neuf ans. Entré dans la police nationale en 1998, il avait intégré la Compagnie républicaine de sécurité N°29 de Lannemezan en 2001 et rejoint la section montagne en septembre 2005. Il avait déjà été gravement blessé lors d'un entraînement dans le massif de Balaitous en 2003. Très estimé de ses collègues et de sa hiérarchie, d'une nature généreuse, il était toujours très disponible et volontaire. Il avait le souci constant de se perfectionner : : 1er de cordée, sauveteur skieur et sauveteur spéléo,... Il est nommé Lieutenant de police à titre posthume.

Sources :
Journal officiel n°138 du 16 juin 2006 page 9083, texte n° 41, "Citation à l'ordre de la nation"
Journal officiel n°138 du 16 juin 2006 page 9083, texte n° 42, "Citation à l'ordre de la nation"
Journal officiel n°138 du 16 juin 2006 page 9083, texte n° 43, "Citation à l'ordre de la nation"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser votre nom ou un pseudonyme pour faciliter les échanges.