dimanche 11 novembre 2012

Stéphane GATTEAU

2012 - Le brigadier Stéphane Gatteau est victime de violences volontaires alors qu'il tente de raisonner un individu auteur d'une agression à Arras.

Originaire du Pas-de-Calais, Stéphane Gatteau avait 40 ans. Décrit comme quelqu'un de calme et très ouvert au dialogue, il meurt trois jours après l'agression.
Dimanche 11 Novembre 2012. Vers 2h00 du matin, une rixe éclate entre plusieurs individus et le responsable d'un bar qui vient de les refouler de l'établissement à cause de leur comportement, rue aux Ours à Arras (Pas-de-Calais).

Un policier qui n'est pas en service assiste à la scène. Stéphane Gatteau, brigadier en fonction au groupe d'appui judiciaire au commissariat de Lille-sud ne fait pas état de sa profession, mais il décide d'intervenir.

L'individu prend la fuite à pieds à travers la Place des Héros. Dans une brève poursuite qui les emmène à l'angle de la Rue Désiré Delansorne, l'individu fait soudain volte-face, et assène un puissant coup de poing à son poursuivant, au niveau de la tempe. Le policier perd immédiatement connaissance tandis que le malfaiteur continue de le frapper au sol, comme le prouveront les images de la vidéosurveillance. Mickaël Morvan, trente-deux ans, est interpellé par un équipage de Police.

Mercredi 14 Novembre 2012. Le brigadier Stéphane Gatteau meurt au CHRU de Lille des suites d'une hémorragie cérébrale, consécutivement au coup qu'il a reçu à la tempe. Il avait quarante ans. Son meurtrier, déjà condamné pour des faits de droit commun, est mis en examen et écroué pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner".

Mardi 11 Décembre 2012. Le maire de la commune d'Arras autorise et célèbre l'apposition d'une plaque commémorative en mémoire de Stéphane Gatteau, en présence de ses proches.

Mercredi 15 juin 2016. La cour d'assises du Pas-de-Calais condamne Mickaël Morvan à six ans de réclusion criminelle. Douze ans avait été requis contre le meurtrier qui comparaissait libre, puisque sous contrôle judiciaire depuis trois ans. Il était écroué à l'issue de l'énoncé du verdict.

Sources et références:
La Voix du Nord du 15/06/2016, "[...] l'accusé condamné à six ans de réclusion"
Nord Eclair du 14/06/2016, "Stéphane Gatteau, le chevalier des causes perdues"
La Voix du Nord du 13/06/2016, "[...] l'accusé impulsif a-t-il vraiment changé ?"
La Voix du Nord du 11/11/2013 , "[...] un an après [...] l'instruction est presque achevée"
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser votre nom ou un pseudonyme pour faciliter les échanges.