Marlène CASTANG

2018 - La gardienne de la paix Marlène Castang est fauchée par un automobiliste alors qu'elle sécurise les lieux d'un accident sur la rocade albigeoise. Mère de deux enfants, elle était âgée de 49 ans.

Après avoir commencé sa carrière à Paris, dans le 7ème arrdt, elle regagnait le sud de la France à Marseille avant d'obtenir une mutation à Albi d'où elle était originaire.
Lundi 15 Octobre 2018. Il est 6h00 du matin lorsque Police-Secours est sollicitée pour un véhicule accidenté sur la rocade de la commune d'Albi (Tarn), dans le sens Toulouse-Rodez. L'équipage, composé de trois intervenants, constate qu'un chauffeur poids-lourd a déjà pris l'initiative d'immobiliser son camion plus en amont, avec les signaux de détresse afin de déporter les usagers. Les policiers établissent aussitôt le balisage réglementaire des lieux sur une chaussée particulièrement glissante.

Quelques instants plus tard, un automobiliste circulant à très vive allure perd le contrôle de son 4x4, percute le camion et vient faucher l'agent occupé à réguler la circulation. La gardienne de la paix Marlène Castang est tuée sur le coup. Âgée de quarante-neuf ans, elle était mère de deux enfants et travaillait sur la circonscription albigeoise, d'où elle était originaire, depuis 2011.

Le conducteur à l'origine du drame, âgé de vingt-neuf ans et défavorablement connu des services de police pour des délits routiers, est placé en garde-à-vue pour homicide involontaire avec circonstance aggravante. Les analyses toxicologiques se révèlent effectivement positives à la cocaïne. Il est placé en détention provisoire.

Marlène Castang a été élevée au grade de capitaine de police et décorée à titre posthume de la médaille de chevalier dans l’Ordre national du mérite et citée à l’ordre de la police nationale.

Sources :
Page facebook de la Police Nationale du Tarn
Le Journal d'Ici du 15/10/2018, " [...] le conducteur roulait trop vite" 
Le Journal d'Ici du 16/10/2018, "[...] Marlène Castang, 49 ans, était mère de 2 enfants"
La Dépêche du Midi du 18/10/2018, "[...] le chauffard avait pris de la ocaïne"