Marcel GRENIER

En septembre 1954, après un premier épisode de renforcement de leur présence, un mouvement de relève est opéré chez les Compagnies Républicaines de Sécurité de métropole, déployées depuis deux ans en Algérie dans le cadre d'un maintien de l'ordre.

Près de la frontière tunisienne, les populations du douar de La Calle (actuelle El Kala) rapportent de nombreux incidents.

Des groupes de plusieurs dizaines d'individus armés, circulant parfois en uniformes, se livrent à des démonstrations guerrières, attaquent les collecteurs d'impôts, menacent de mort et extorquent les notables et les propriétaires des fermes isolées.

Faits rares jusqu'alors, les assassinats et les enlèvements succèdent désormais aux pillages. Ces exactions visent également les populations indigènes qui coopèrent avec les français.

C'est dans ce contexte que le Groupement Opérationnel déploie dans ce secteur la CRS N°102 du Mans (Sarthe) avec la charge de s'opposer par tous les moyens aux agressions nocturnes des bandes de malfaiteurs, ainsi que les autorités les nomment encore.

Pour apaiser l'inquiétude légitime des populations, le préfet du Constantinois renforce ce dispositif d'un bataillon de chasseurs et d'un escadron de gendarmerie mobile à Gambetta et Souk-Ahras.

Le 20 octobre 1954, alors qu'il patrouille de nuit avec une section de CRS, le brigadier-chef Marcel Grenier, quarante-et-un ans, tombe dans une embuscade et est mortellement blessé par balles par des fellaghas.

Il est le premier CRS métropolitain tué en opération, aux prémices de l'insurrection algérienne appelée à éclater lors de la Toussaint rouge, dans la nuit du 30 octobre au 1er novembre de la même année.

Sources et références :
Les CRS en Algérie, La face méconnue du maintien de l'ordre / J-L Courtois, M. Lejeune, Marines éditions - 2010 / MémorialGenWeb, fiche individuelle.

Marcel GRENIER
Brigadier-chef de police

Né 10 juin 1913 à Allone (Oise) ; marié, père de trois enfants.

Mention Mort pour la France.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.