Questions fréquentes

S'agit-il d'un site officiel ?

Non, ce mémorial numérique est né en 2012 de l'initiative d'un gardien de la paix. Depuis 2018, le mémorial en ligne des policiers morts en service, victimes du devoir est administré par son fondateur en partenariat avec Police - Action Solidaire. La liste des policiers morts en service n'est ni officielle, ni exhaustive.

Quelle est la méthode de recensement ?

Les tables décennales recensent TOUS les décès en service, au sens de l'article 27-20 du règlement intérieur de la Police Nationale détaillé dans le prologue. La partie statistique ne concerne que les décès de nature criminelle.
Les recherches sont orientées dans le domaine public (archives de presse numérisées) ; par le recueil d'informations tirées des nombreuses correspondances
avec les familles endeuillées ; par les sites portant sur la Mémoire (SGA - Mémoire des Hommes, Généalogie, stèles nominatives,...) ; par les forums traitant de sujets d'actualité.

Ce site n'évoque pas les cas de gendarmes ; pourquoi ?

Il ne s'agit aucunement d'un manque de considération. Seul à la tâche, l'administrateur du mémorial effectue un travail de recueil d'informations et de documentation pour les seules victimes du devoir de la police nationale et des polices municipales. Un travail colossal pris sur son temps libre, d'autant qu'il n'existe aucun affichage officiel.


Pourquoi ne pas évoquer les cas de suicides ou de certains homicides intra-familiaux ?

Les recherches se concentrent uniquement sur les policiers décédés dans le cadre de leurs missions (opération de police, service commandé, accident de travail ou de trajet,...). Il est courant d'entendre qu'une majorité de suicides sont liés au stress de la profession ; bien conscient des douleurs qu'éprouvent les familles touchées par ces drames, seuls les cas reconnus juridiquement comme "imputables au service" ont été retenus. Merci de votre compréhension.